Les nouveaux médias, peuvent permettre aux collectivités de rendre moins flous leurs objectifs et leurs actions, à condition d’en maîtriser l’usage.
Être ou ne pas être sur les réseaux sociaux, la question ne se pose plus désormais. Qu’importe les freins (1), les collectivités ont su prendre le virage de la révolution numérique en marche. Bien plus qu’un phénomène tendance, les outils numériques font souffler un vent de renouveau dans la communication publique. Mais il reste du chemin à parcourir avant que les collectivités ne se les approprient.
La présence des collectivités sur les réseaux sociaux est indéniable ; 96 % des régions – sensibilisées très tôt aux techniques du marketing territorial – ont un compte Facebook, 54% des villes-préfectures sont sur Twitter et 49% sur Facebook. Via ces nouveaux médias, la communication est moins institutionnelle et devient participative ; les citoyens peuvent réagir en direct aux informations qui leur sont communiquées et s’impliquer.
Une évolution indéniable que vient cependant nuancer un ancien collaborateur de cabinet et Directeur de la communication de la ville de Chalon-sur-Saône et du Grand Chalon, Grégoire Ensel ; « C’est une tendance de fond, explique-t-il, je suis certain que la prochaine vague de ce baromètre qui sera livrée cet autonome va confirmer cela ! Mais, je considère que les offres numériques des collectivités sont encore très différentes les unes des autres à taille égale de collectivités et que les expériences valorisées dans les réseaux de communicants publics cachent dans les faits d’importantes disparités. »
Dans le domaine de l’accès aux nouvelles technologies – numérique en particulier –, les inégalités entre les catégories d’individus et les territoires restent difficiles à compenser. Certes, un effort conséquent est réalisé pour réduire l’écart mais les questions d’infrastructure ne sont pas l’unique dimension du problème : celles liées à l’usage et à l’innovation numérique doivent être davantage prises en compte. Le numérique n’a-t-il pas un rôle clé à jouer dans l’objectif de réduction des inégalités entre les territoires, que ce soit à travers le désenclavement des zones peu denses ou le désengorgement des métropoles ? (3)

(1) Les problématiques de financement restent cette année le premier frein identifié par les structures interrogées – c’était déjà le cas l’année passée – mais d’autres sujets prennent une importance nouvelle : les enjeux en matière de conduite du changement (31% en 2018 contre 20% en 2017), la complexité du sujet (18% en 2018 contre 4% en 2017) ou encore la capacité à s’adapter au rythme soutenu des innovations. La volonté des collectivités est entière mais les enjeux sont encore nombreux.

(2) (https://cercledescommunicants.com/2017/04/03/communication-numerique-applications-collectivites/) (@gregensel)
(3) www.francestrategie1727.fr#FS1727